galerie d'art
regard
objets d'art
Brest

Michel CHAMBON

Né à Aubagne en Provence en 1962,Michel Chambon s’initie à l’art pictural dans l’atelier de son père et c’est lors d’une rétrospective du mouvement C.O.B.R.A à Paris qu’il se passionne pour les arts primitifs.Il s’affirme alors dans un style très personnel avec ses femmes,ses chats et paysages délicats.C’est à travers la transparence qu’il révèle ses couleurs,à force de lisser,gratter,effacer,coller,il crée un chemin entre ombre et lumière.

Chez ses ainés,il découvre ainsi le goût pour les tons purs,l’arabesque,la simplification du dessin.Il partage l’idée des fauves qui ont une conception constructive et émotive de la couleur.

Après avoir suivi des cours d’histoire de l’art en 1991,il créera une sorte de réalisme du rêve,avec ses thèmes favoris qui sont la femme,la fête,l’érotisme…

 

Technique mixte sur toile.

Jeanne SAINT CHERON

 » Ces chevaux sont-ils domestiqués ? Nul ne peut le dire,car la force d’existence de l’animal semble irréductible à sa proximité vis-à-vis de l’Homme.Et sur ces toiles,ce sont des jeunes femmes qui viennent éveiller le sauvage dans l’apparent paisible caractère de ces nobles animaux,comme une résurgence du mythe originel derrière le glacis superficiel de la domestication.         L’immobile est appelé à se mouvoir dans la promesse d’une fuite inattendue:La Liberté se penche à l’oreille de sa propre genèse… »

Thibaud Josset,Rédacteur en chef.Extrait d’un article consacré à l’artiste paru dans « Univers des Arts ».

 

Née en 1973 en Pays de Loire,Jeanne Saint Chéron réalise ses premières expositions dès l’adolescence.Ses inspirations sont en partie puisées dans le monde du cheval,fascinée à la fois par la puissance explosive et l’élégance raffinée de l’animal,ce dernier étant très souvent associé dans ses compositions à de délicats personnages féminins.La musique et la danse apparaissent également parmi les thèmes favoris de l’artiste.

L’utilisation de la peinture acrylique alliée à la pierre noire lui permet un travail de gestuelle très graphique,qui n’est pas sans nous rappeler les dessins préparatoires de Léonard de Vinci.L’artiste sera aussi très jeune touchée et éblouie par les puissants chevaux guerriers de Rubens tout autant que par la grâce des madones de Botticelli.

Riche de symboles,touchant à l’imaginaire,au romantisme,à l’allégorie,son oeuvre onirique nous transporte au-delà des apparences.

 

Distinctions:

Sociétaire de la Fondation Taylor.

Membre de l’Académie des Arts,sciences et Lettres de Paris.Médaillée de Vermeil en 2012 Arts,Sciences et Lettres.

Sociétaire d’  » Artistes pour l’espoir  »

Nommée en décembre 2014 parmi les douze  » Artistes figuratifs Français les plus marquants de leur génération  » par la rédaction du magazine Univers des Arts,exposition de groupe à cette occasion à la prestigieuse galerie de la Fondation Taylor à Paris.

 

Aurélia GUERIN

Native de Nantes,Aurélia Guérin a suivi une formation de graphiste à l’école Sépia de Nantes qui la familiarise avec les principales techniques picturales.Après plusieurs années  en tant que peintre décoratrice à Uzès dans le Gard,elle revient sur les bords de Loire où elle trouve son inspiration dans sa quête artistique.

Ne garder que l’essentiel…l’émotion d’une lumière,l’harmonie particulière d’un détour de chemin,d’un coin secret des berges de la Loire,à l’aube ou bien au crépuscule. De ces scènes de l’instant,Aurélia Guérin saisit et retranscrit ses sensations,guidées par une palette toute en nuances.

Pastels secs sur Pastel Card

 

 

Pierre CARO

Biographie :

Né le 15 mai 1952 à Villeurbanne.
Pierre Caro étudie aux Beaux Arts de Lyon de 1970 à1975 et fréquente l’Atelier de Fusaro.
Sa carrière de peintre s’avère précoce débutant aux Etats-Unis et travaillant avec Jovo Kretna à Chicago jusqu’en 1973.
Beaucoup reconnaissent en lui, outre sa peinture, des qualités musicales et théâtrales
étonnantes et il consacrera son talent jusqu’en 1980 à la création textile de la ville de Lyon.
Son oeuvre en mouvement, rencontre d’un dessin vigoureux et de la fulgurance des flous, obéit tout entier à sa passion du voyage : l’Inde, la Chine, le Brésil, le Népal, Manaus-Amazonie, le Tibet, l’Espagne (ses parents sont andalous). Pierre Caro compare le pastel -la qualité de sa profondeur- à une aile de papillon, douce et saturée, « parce qu’elle a emmagasiné le maximum de pigments ».

« Une œuvre entière dédiée à la quête des beautés. Sur les chemins du monde, le peintre demeure aux aguets, attentif au choc du plaisir…Et Caro attire le lecteur de ses images vers l’évidence de leur bonheur, peut-être un instant, en jouant avec toutes les transparences : tulles, voiles, fumées, miroirs et aussi complicités du soleil, partitions de l’ombre, caprice de la pluie… » Jean-Yves LOUDE (écrivain)

Aucune œuvre disponible actuellement à la galerie.

Marc BENLOK

Biographie :

Peintre autodidacte, né en 1964 en région parisienne, dans une famille d’artistes, Marc Benlok respire la térébenthine avant de savoir marcher. Il vit une partie de son enfance à Marseille et retourne régulièrement en Provence pour y croquer du soleil et l’inviter dans ses toiles.

Depuis une trentaine d’années, il vit en Bretagne où il traduit sur toile et sur papier la force des couleurs souvent contrastées. La couleur le possède, elle amène la lumière et l’ombre, elle révèle les masses et les plans, la perspective.

Marc Benlok exprime avec poésie sa vision de la nature.

Huiles sur toile

Mélanie BOURGET

De l’argile, Mélanie Bourget fait naître des personnages hors du temps.Bustes de femmes aux coiffures extravagantes,masques féminins rêveurs,petits êtres énigmatiques ,des personnages poétiques et fragiles évoluant dans son univers.

« Je construis mes sculptures plutôt à la manière d’un potier que comme un sculpteur.J’associe différentes techniques pour réaliser mes modelages,directement en creux,essentiellement les colombins africains,les plaques et parfois de l’estampage.J’utilise surtout du grès de Saint-Amand chamotté pour les pièces en raku,mais également la terre rouge du Fuilet pour les modelages en terre cuite patinés aux oxydes et pigments. »

Exposition octobre 2012 :

Bustes céramique raku

 

Alain COJAN

Né à Douai ( Nord ) en 1942,d’un père Breton et d’une mère Parisienne. Très jeune, Alain Cojan se passionne pour la peinture en fréquentant l’atelier du peintre Romano à Paris.En 1967, il rencontre à Douai le peintre Robert Godelier qui va le parrainer pour devenir membre de l’association des Artistes Douaisiens,association dont il deviendra le président de 1983 à 2005 et qui regroupe en son sein des artistes de grande renommée. En 2005,suite au décès de son épouse,il s’installe en Bretagne et reprendra sa création artistique en 2007.Invité d’honneur dans différents salons, multiples fois récompensé, Alain Cojan expose dans différentes manifestations artistiques et galeries.

« Sur des fonds de ciel et d’eau,souvent lisses,Alain Cojan ose certaines audaces de couleurs qu’il plaque sur le subjectif sans aucun repentir:les noirs,les rouges,les outremers et les blancs presque purs s’opposent admirablement et voisinent en force sans rompre l’harmonie. » Robert Godelier

La Fédération Nationale de la Culture Française octroie à Alain Cojan le prix  » Toile d’or 2013  » pour son oeuvre « Reflets ».Ce prix récompense une oeuvre murale spécifique,il est nominatif à une seule création,sélectionnée pour sa qualité.

Huiles sur toile.

 

Sabine FOURNIAL

Ces arbres,ces algues,ces cactées,de face,vous pouvez ne pas les voir.Ils ont la transparence de l’eau.
Découpés net par le numérique,peints au pinceau si fin et, l’allumette stoppe net la couleur:le sculpteur est une sculptrice et le plexiglass sa matière d’oeuvre.Cette Nature interprétée et découpée à même le transparent se forme dans le regard de l’artiste.

Entre design et forêt primaire,Sabine Fournial élève ces totems de cristal.
Question:peut-on sculpter des paradigmes?

En vous déplaçant,vous verrez autrement les choses.Les totems tiennent du magique,n’est-ce pas.Ils vivent,vibrent,s’agitent.Voir ces totems de haut,de biais ou de côté,voir que l’oeuvre soudain bouge,ses couleurs apparaissent,se cumulent,s’effacent.La sculpture s’apprécie de tous côtés et n’en finit pas de nous étonner.

Au fait,la réponse est oui:le paradigme est une matière et se sculpte.Sabine Fournial l’a fait.

Sculptures plexiglas