» Ces chevaux sont-ils domestiqués ? Nul ne peut le dire,car la force d’existence de l’animal semble irréductible à sa proximité vis-à-vis de l’Homme.Et sur ces toiles,ce sont des jeunes femmes qui viennent éveiller le sauvage dans l’apparent paisible caractère de ces nobles animaux,comme une résurgence du mythe originel derrière le glacis superficiel de la domestication.         L’immobile est appelé à se mouvoir dans la promesse d’une fuite inattendue:La Liberté se penche à l’oreille de sa propre genèse… »

Thibaud Josset,Rédacteur en chef.Extrait d’un article consacré à l’artiste paru dans « Univers des Arts ».

 

Née en 1973 en Pays de Loire,Jeanne Saint Chéron réalise ses premières expositions dès l’adolescence.Ses inspirations sont en partie puisées dans le monde du cheval,fascinée à la fois par la puissance explosive et l’élégance raffinée de l’animal,ce dernier étant très souvent associé dans ses compositions à de délicats personnages féminins.La musique et la danse apparaissent également parmi les thèmes favoris de l’artiste.

L’utilisation de la peinture acrylique alliée à la pierre noire lui permet un travail de gestuelle très graphique,qui n’est pas sans nous rappeler les dessins préparatoires de Léonard de Vinci.L’artiste sera aussi très jeune touchée et éblouie par les puissants chevaux guerriers de Rubens tout autant que par la grâce des madones de Botticelli.

Riche de symboles,touchant à l’imaginaire,au romantisme,à l’allégorie,son oeuvre onirique nous transporte au-delà des apparences.

 

Distinctions:

Sociétaire de la Fondation Taylor.

Membre de l’Académie des Arts,sciences et Lettres de Paris.Médaillée de Vermeil en 2012 Arts,Sciences et Lettres.

Sociétaire d’  » Artistes pour l’espoir  »

Nommée en décembre 2014 parmi les douze  » Artistes figuratifs Français les plus marquants de leur génération  » par la rédaction du magazine Univers des Arts,exposition de groupe à cette occasion à la prestigieuse galerie de la Fondation Taylor à Paris.